Vous êtes ici : Accueil > Archives du site > L’année scolaire 2003/2004 > Activités, projets pédagogiques > "Mon territoire, c’est ma ville", en partenariat avec la RATP
Publié : 7 février 2004
Format PDF Enregistrer au format PDF

"Mon territoire, c’est ma ville", en partenariat avec la RATP

Education civique

- C’est à l’initiative d’un père d’élève, Monsieur BOMON, lui-même agent de la RATP, que ce projet a pu se mettre en place sur l’école depuis plusieurs années dans le cadre des programmes d’éducation civique.

Un partenariat RATP/Education Nationale

- Le travail mis en place avec les élèves au cours de 5 séances s’appuie sur un matériel pédagogique élaboré en commun par la RATP et l’Education Nationale (fichier individuels, posters, livret complémentaire pour l’enseignant).

Les thèmes abordés

- la ville d’hier et d’aujourd’hui
- l’évolution des transports en ville depuis 1900
- les transports collectifs, le service public
- la circulation, les règles de sécurité, les métiers du transport, le problème de la pollution

Des apprentissages concrets... une formation au respect de l’autre et des biens collectifs... : ce projet donne toute satisfaction aux enseigants.

Le point de vue des agents qui interviennent à l’école

- J’ai commencé la prévention au sein de la RATP voici dix ans, sous forme d’interventions dans des classes de CM2, 6ème, 5ème, 3ème.

Les thèmes abordés peuvent être très variés. Des projets sur des années scolaires entières ont même été menés : création d’une ligne de bus fictive, évolution des métiers depuis le Moyen-Age, différence entre service public et privé etc...

J’ai été rejoint dans cette tâche voici trois ans par Jean-Marc DESCAMPS qui s’est lui-même spécialisé dans la formation à la sécurité routière.

- Nous pensons tous les deux qu’il est devenu essentiel, par le biais de ces "campagnes" de prévention auprès des élèves, de les sensibiliser sur la chance qu’ils ont encore aujourd’hui de bénéficier d’un service public de qualité, et qu’il est donc de ce fait très important de le respecter.

Stéphane RINDER