Par : cblumberg
Publié : 22 novembre 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

ALBUM 2012-2013- ECOUTE 1 : Dies Irae -Thomas de Celano

Le nouvel album "IN OUIE" est arrivé.

Depuis le retour des vacances de la Toussaint, nous avons de nouveau pris place pour un voyage musical, à travers le temps.

Nous repartons pour cette première écoute avec un chant du Moyen-Age qui nous rappelle, par certains aspects, le chant grégorien que nous avions découvert l’an passé (ECOUTE 2).

Dans ce nouveau morceau, nous entendons des voix de femmes.

N’hésitez pas à retourner vers notre album 2011-2012. Les enfants se feront sans doute un plaisir de les entendre une nouvelle fois.

Chaque enfant, en fonction de son âge , appréciera et entendra des aspects de ces musiques.

Tous auront entendu les mêmes morceaux, ils pourront vous en parler, forcément différemment.

THOMAS DE CELANO
Dies Irae

MOYEN AGE
,XIIIème siècle,
RELIGIEUX

Le Dies Irae est une pièce liturgique catholique romaine appelée « séquence » (« sequentia » en latin). Les séquences étaient nombreuses au Moyen Âge, mais, le Concile de Trente (XVIe siècle) en a conservé seulement cinq, dont le Dies Irae.
Selon les spécialistes, leDies Irae n’entre pas à proprement parlé dans le répertoire grégorien authentique, puisque l’essentiel du texte et de sa mélodie semble avoir été mis en forme au milieu du XIIe siècle et que le corpus musical appelé « chant grégorien » a théoriquement été achevé au début du IXe siècle.
Ce poème apocalyptique écrit en langue latine raconte la colère de Dieu le jour du Jugement dernier où les bons sont délivrés et les maudits brûlés en enfer. Il aborde aussi de façon très émouvante le doute et la faiblesse des humains. La crainte et l’espoir sont les deux sentiments dominants de cette prière.
Ce chant religieux et sacré est interprété a cappella, ce qui signifie sans accompagnement instrumental. Dans de nombreuses versions, chaque strophe est entonnée par un soliste (appelé « chantre »). Le chœur d’hommes reprend la mélodie en chantant la suite du poème. On peut entendre ainsi l’alternance soliste/chœur.
Après plusieurs écoutes, par l’échange oral, on met en évidence les points suivants :

• chœur d’hommes

• a cappella (pas d’accompagnement instrumental)

• alternance soliste et chœur (homme et femme)

• chant monodique (chant à l’unisson)

• plain-chant (chant très lié, formant une ligne continue)

• musique religieuse

• réverbération due à l’enregistrement réalisé dans une église

• texte en latin

• absence de pulsation régulière…

Documents joints