Vous êtes ici : Accueil > Archives du site > Année scolaire 2012-2013 > 3.LES CLASSES EN ACTION > PROJETS > Projet inOUÏE > ECOUTE 4 MOZART symphonie 40
Par : cblumberg
Publié : 3 février 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

ECOUTE 4 MOZART symphonie 40

Wolfgang Amadeus Mozart
XVIIe et XVIIIe siècle
Classicisme
Musique symphonique
Autriche
1788/1794

Auteur / compositeur / interprète :
Le compositeur : Wolfgang Amadeus Mozart (1756 Salzbourg – 1791 Vienne)
Compositeur autrichien, c’est sans nul doute la personnalité la plus connue de la musique classique de tous les temps. Il laisse plus de mille œuvres répertoriées. Il se frotta à tous les genres de l’époque : instrumentaux (musique de chambre, symphonie) et vocaux (opéra, musique sacrée, lied). Il était également un musicien virtuose au clavecin, à l’orgue et au piano, comme au violon et à l’alto.
Enfant prodige, son père Leopold Mozart est le vice-maître de chapelle du prince-archevêque de Salzbourg. Dès l’âge de six ans il signe ses premières compositions.
En 1791, il a composé La Flûte enchantée (morceau entendu en classe l’année passée).

L’œuvre (ou l’extrait) :
Mozart a composé ses trois dernières symphonies (n° 39, 40 et 41) dans une période de six à huit semaines de l’été 1788.

Le premier mouvement de la Symphonie n° 40 dure entre huit et neuf minutes.
Les circonstances et le contexte dans lesquels l’œuvre a été écrite sont très sombres : l’Autriche est en guerre contre l’Empire ottoman, les restrictions budgétaires touchent toute la population, donc les musiciens.

Mozart est dans une période de sa vie où sa popularité décroît – il joue de moins en moins en public, ses opéras, fêtés à Prague, sont ignorés à Vienne et sa situation financière ne s’améliore pas (toutefois il n’était pas pauvre, contrairement à ce qu’on croyait).

On pourra noter la tonalité du morceau : une symphonie qui avance inéluctablement, déterminée, entêtée avec, en elle, une teinte parfois dramatique ou inquiétante.

La formation instrumentale :
La version dite « définitive », publiée en 1794, est faite pour un petit orchestre : une flûte, deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, deux cors et cordes.

C’est une forme très classique de sonate, c’est-à-dire qu’on y entend successivement deux thèmes opposés.
- Le premier, une mélodie haletante (et très célèbre), en sol mineur (tonalité de base), est exposé aux premiers violons avec accompagnement des autres cordes en croche.

- Le second, plus joyeux, en si bémol majeur, se partage entre cordes et vents.

 : Les deux thèmes sont repris en intégralité avant un « développement », c’est-à-dire une section centrale qui mêle les deux thèmes. Ce mouvement se termine par une réexposition, en sol mineur puis majeur, des deux thèmes.

Mozart use aussi beaucoup des oppositions de masse (nombre d’instruments) et de nuances.

Ce que nous avons pu travailler : (avec les termes choisis en fonction des niveaux de classe)

Identifier et repérer le thème et repérer la mélodie, l’accompagnement joué par les contrebasses, les altos et les violoncelles. : tout cela donne une impression de course en avant.

Travailler un paramètre du son, l’intensité : Mozart utilise l’alternance de parties jouées piano ou forte.

Repérer les mouvements plus ou moins amples, rapides.

Documents joints

  • Document, Windows Media Video, 1.2 Mo