Vous êtes ici : Accueil > Archives du site > Année scolaire 2012-2013 > 3.LES CLASSES EN ACTION > PROJETS > Projet inOUÏE > ECOUTE 5 : Richard WAGNER LA CHEVAUCHEE DES WALKYRIES, EXTRAIT DE L’OPERA LA (...)
Par : cblumberg
Publié : 16 février 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

ECOUTE 5 : Richard WAGNER LA CHEVAUCHEE DES WALKYRIES, EXTRAIT DE L’OPERA LA WALKYRIE

LA CHEVAUCHEE DES WALKYRIES, EXTRAIT DE L’OPERA LA WALKYRIE

Richard Wagner XIXe siècle Romantisme et post-romantisme

Opéra Allemagne 1870

Extrait :
Il s’agit du prélude de l’acte III de l’opéra La Walkyrie (Die Walküre).
Celui-ci appartient à une oeuvre gigantesque, L’Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen), cycle de quatre opéras inspirés de la mythologie germanique et scandinave. Cette oeuvre était qualifiée par Richard Wagner de « festival scénique en un prologue et trois journées » liant la musique à la poésie, au théâtre, et à la peinture :

Formation instrumentale :
Grand orchestre symphonique

Auteur / compositeur / interprète :
Le compositeur : Richard Wagner (1813 -1883)
Originaire de la Saxe, Richard Wagner est le compositeur qui a renouvelé le genre de l’opéra, son ambition étant d’en faire une oeuvre d’art totale (Gesamtkunstwerk), caractérisée par la jonction de diverses disciplines artistiques. Concevant l’opéra comme un drame auquel collaborent tous les arts et particulièrement la musique, Wagner a aussi écrit les livrets.

Les clés de lecture :
Pour écrire L’Anneau du Nibelung, Wagner s’est inspiré de La Chanson des Nibelungen (Nibelungenlied), légende nordique du XIIe siècle peuplée de personnages mythologiques.
Les Walkyries sont des êtres surnaturels, des divinités mineures qui servent Odin (Wotan), maître des dieux.
Elles sont ses messagères et des guerrières. Selon les voeux d’Odin, elles se rendent sur les champs de bataille pour guider les combats et choisir les plus braves, les héros qui vont mourir. Elles les emmènent au Walhalla, le palais des défunts, vaste salle resplendissante d’or au toit recouvert de boucliers.
« Walkyrie » signifie « celle qui choisit qui succombera ».
La Chevauchée des Walkyries illustre le retour du champ de bataille.

Voici le thème des Walkyries :
L’instrumentation est dominée par la forte présence des cuivres (trombones, cors…), qui jouent le thème principal en lui apportant un caractère militaire, puissant, guerrier.
L’utilisation des cymbales et des timbales confirment cette couleur, lui donnant une dimension grandiose, théâtrale. Les cordes et les flûtes évoquent par de rapides mouvements d’arpèges ascendants et descendants l’envolée et la nature aérienne des Walkyries.
Le rythme, soutenu, incisif, obstiné, est maintenu par les bassons, les trompettes et les cors.

Une mise en réseaux avec d’autres oeuvres :
• La Chevauchée des Walkyries a été souvent utilisée dans des films d’animation ou au cinéma, notamment dans Apocalypse Now de Francis Ford Coppola (1979).

Elle accompagne également la scène de poursuite par les néo-nazis dans le film The Blues Brothers de John Landis (1980).

Ce choix nous rappelle que l’oeuvre a été utilisée pour la propagande nazie, à l’instar d’oeuvres de Franz Liszt, d’Anton Bruckner…, à cause de son caractère guerrier reflétant la suprématie du génie germanique.

Informations complementaires :
Les Nibelungen, dont le nom signifie « ceux du monde d’en bas » sont des nains possédant de grandes richesses. La Chanson des Nibelungen a donné lieu à de multiples versions sur des supports aussi variés que la BD, les mangas ou encore les jeux vidéo.
Mais la légende a surtout inspiré Tolkien lors de l’écriture du Seigneur des anneaux.

Documents joints

  • Document, Windows Media Video, 1.3 Mo