Par : cblumberg
Publié : 19 octobre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

ECOUTE 1 :

CHANT 1 : INOUIE 2013-2014

Clauso chronos

Anonyme Moyen-âge Musique ancienne et médiévale

Musique symphonique Allemagne XIIe-XIIIe siècle
Extrait :
Clauso chronos est l’un des poèmes d’un manuscrit retrouvé en 1803 dans l’abbaye de Benediktbeuern, près de Munich. On peut répartir les poèmes (plus de 200) selon quatre grands groupes :

• chansons satiriques et morales ;

• chansons d’amour ;

• chansons à boire et de jeu ;

• chansons religieuses.

Clauso chronos est une carmina amatoria (chanson d’amour), et plus précisément une chanson de reverdie (qui célèbre le retour du printemps).
Formation instrumentale :

Une vièle à archet, un luth, un tambour à timbre, un tambour grave, des flûtes à bec. La vièle est l’ancêtre du violon (à ne pas confondre avec la vielle à roue). Il s’agit d’un instrument à cordes frottées, de formes diverses mais le plus souvent de forme ovale.

Le luth est un instrument à cordes pincées, possédant une caisse bombée et un manche court. Son nom vient de l’arabe al-oud (le bois).
Le tambour à timbre est un instrument de percussion constitué d’une peau tendue sur un cercle en bois. Descordes fixées au contact de la peau vibrent à chaque frappe et donnent une sonorité particulière : c’est le
timbre.

La plupart des chants des Carmina Burana ont été écrits par des Goliards. Ce mot à l’étymologie incertaine (du latin « gula », glouton, ou du nom du géant Goliath) désigne des clercs (membres laïcs du clergé, littéralement « éclairé, instruit ») itinérants, les clerici vagi, auteurs de chansons satiriques.

Clauso chronos illustre parfaitement le côtoiement du sacré et du profane propre aux Carmina burana. Il est révélé ici par la présence d’éléments populaires et païens (l’amour, la célébration du renouveau de la nature) et d’indices témoignant de la grande instruction de ses auteurs (texte en latin, créatures mythologiques, style parfois emprunté au chant grégorien).

Auteur / compositeur / interprète :
Le compositeur : comme toute oeuvre médiévale, elle est anonyme.

Documents joints

  • Document, Windows Media Video, 2.3 Mo