Vous êtes ici : Accueil > Archives du site > Année scolaire- 2014/2015 > I- LES CLASSES EN ACTION > PROJETS > ECOUTE 1 : Moyen-Age (13ème siècle) - Peirol-Manhtas-gens
Par : cblumberg
Publié : 26 janvier 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

ECOUTE 1 : Moyen-Age (13ème siècle) - Peirol-Manhtas-gens

Genre :
Vocal, Médiéval

Thème :
La poésie, L’amour

L’oeuvre (ou l’extrait) :
« Manhtas gens » est l’une des dix-sept chansons d’amour (cansos) écrites par le troubadour Peirol d’Auvergne. Toutes sont dédiées à la soeur de son protecteur Dalfin d’Alvernha (dauphin comte d’Auvergne), à la cour duquel il était employé.
Dans ses vers, Peirol exprime l’amour pour sa Dame, sa douleur de ne pas être aimé en retour et l’acceptation de cet état. Ces trois éléments caractérisent l’amour courtois ou (fin’amor en occitan).

Auteur / Compositeur / Interprete :
Peirol (env. 1160-1225)

Formation instrumentale :
Chant , Oud , Chifonie, Organetto, Tympanon, Flûtes, Percussions

Les clés de lecture :
L’amour courtois (fin’amor en occitan).
Ce grand mouvement poétique, littéraire et musical nous vient des troubadours. L’amour courtois est, au Moyen Âge, une relation amoureuse établie selon les codes de la chevalerie : l’homme doit prouver son courage, sa vaillance, sa bravoure. Pour se rendre digne de la Dame (souvent de condition supérieure) qu’il vénère, il doit cultiver de nobles qualités : l’humilité, la patience, la fidélité, etc.
Le troubadour exprime aussi parfois la douleur de ne pas être aimé en retour, comme dans « Manhtas gens ».
Peirol est en effet un chevalier troubadour de pauvre condition alors que la Dame dont il est épris, Salh de Claustra, est mariée à un grand baron d’Auvergne. Toutefois, l’esprit de la chanson est assez joyeux et le rythme enlevé, l’indifférence de la Dame n’étant probablement que passagère.
On dit que l’amour de Peirol et de Salh de Claustra atteint un degré tel que le troubadour fut chassé et perdit son rang de chevalier. Peirol alla de cour en cour mendier nourriture, vêtements et chevaux en échange de son art, en Provence puis en Italie.

Le troubadour
Le mot « troubadour » vient de l’occitan (langue d’oc) trobar qui signifie « trouver » : le troubadour est celui qui invente la mélodie et les paroles (l’auteur-compositeur). Il est parfois l’interprète de ses propres chansons, ou accompagné d’un « joglar » ou jongleur, un joueur, qui est son interprète.

Les troubadours sont issus de diverses conditions : de la plus humble (Peirol, Bernard de Ventadour qui grâce à son talent fréquenta la cour d’Aliénor d’Aquitaine), à la plus élevée : des nobles (Guillaume IX, comte de Poitiers et duc d’Aquitaine, considéré comme le premier troubadour, Jaufre Rudel, prince de Blaye), des rois (Alphonse X de Castille, Thibaut IV de Champagne), des prêtres (Gautier de Coincy), etc.

Documents joints